Le SMV battu par Massy 30-24 n’y arrive plus.

D’entrée de jeu, les débats étaient équilibrés avec des défenses qui prenaient le pas sur les attaques à la neuvième minute les deux équipes étaient à égalité, 2 partout. Le SMV résistait bien puisqu’à la 16e Massy ne menait que de deux buts (7-5). Les ‘Rouges et Bleus’ connaissaient alors leur premier temps faible et perdaient deux balles bien exploitées par les Massicois (10-5, 19e). L’écart était fait et malgré tous ses efforts, le SMV n’allait jamais revenir à hauteur de son adversaire. D’autant plus que les hommes de B, Pavoni butaient sur un gardien local N. Huyghe (39 % d’arrêts) qui se chargeait d’annihiler les dernières velléités offensives des Normands. Finalement on retrouvait cet écart de 5 buts à la pause, le tableau affichant 15-10 pour les locaux.
La seconde période était meilleure pour les coéquipiers de F. Garcia, qui perdaient un peu moins de ballons mais qui butaient toujours sur le gardien local. Il y avait bien un petit rapproché (24-20, 45e). Un dernier sursaut local et Massy s’imposait 30-24, à la vue du score, si les 24 buts sont plutôt flatteurs, la défense n’a pas été au niveau? les 30 buts encaissés c’est vraiment trop. B. Pavoni analyse lucidement le match comme à son habitude: » On savait que ce serait un match compliqué, Massy a mené de bout en bout la rencontre. On a bien eu des passages intéressants, mais notre première période nous plombe. On perd beaucoup de ballons sur cette période et on n’arrive pas à trouver la solution en attaque. On joue mieux en seconde période, mais l’écart était trop difficile à combler ».
Maintenant il va falloir resserrer les boulons pour recevoir Chartres, autre candidat à la montée, lors du prochain match à domicile.
SMV : 24/42 aux tirs, dont 5/5 aux penalties
0 exclusion.
Gardiens : Garcia (cap)1 arrêt sur 3 tirs Gauthier 6, arrêts sur 33 tirs
Joueurs de champ : Champin 1/1, Benali 2/5, Indjic 1/1, Canoine 1/2, Muyembo 1/5, Mascot, Pochet 1/1, Bulzamini 4/7, Slassi 3/4, Boe 9/13, Dubois 1/3
Entraîneur : Benjamin Pavoni assisté de Jérôme Delaporte.